Olga Runciman – ‘A true story filled with lies’

I wrote this piece from a place of anger and outrage and it was never intended for anyone’s eyes or ears and is therefore completely raw.

A series of circumstances resulted in Michael Rassum reading it and he said I can put music to this. The result is our spoken word ‘A true Story Filled with Lies’

Why did I write it? Because this person whom I call Peter (not her real name) died of her psychiatric drugs and despite it being a clear cut case her family and I watched how psychiatry closed around itself, protecting itself and they got away with it. For years her family have sought justice just like so many others. They never got it.

Her death was the reason that we were a group who joined together and created the organization ‘Death in Psychiatry’ an organization for those who have lost a loved one to psychiatry and to stop others suffering the same fate. Dorrit Cato Christensen who has also contributed to this campaign lost her daughter and she is also one of the founding members of the organization and is today the chair.

Psychiatry has been unable to prove that it is dealing with a biogenetic illness and, likewise, its drug treatments fall dismally short of what is considered good evidence based medicine. On the contrary the evidence especially long term, point at an increased risk of chronicity, brain damage, early death – up to 25 years shorter and, as in ‘Peter’s’ case, sudden death due to drug induced arrhythmia of the heart.

To force treat people with drugs that carry with it a risk of brain damage, death and little evidence of any long, term benefits what so ever, is an unspeakable act of institutional violence.

This piece is a true story the only thing that is changed is the name and gender. It is in three sections. “Death”, “Big Pharma, the Unholy Alliance” and finally the funeral called the “Winds of Change”.

I am today a psychiatric survivor, but this could have been me.
Or you or one of your loved ones…

Please support CRPD Absolute Prohibition of Commitment and Forced Treatment.

 

12 trucs que croient les psychiatres/12 things psychiatrists believe… by Pink Belette

12 trucs que croient les psychiatres et qui vont vous énerver

http://depsychiatriser.blogspot.no/2016/03/12-trucs-que-croient-les-psychiatres-et_24.html

Par Pink Belette

1: Sur la souffrance : si vous souffrez autant, c’est disproportionné, donc pathologique. C’est donc votre cerveau qui déconne. Inutile de chercher d’ou vient la souffrance, c’est congénital, vous n’y pouvez rien.

2: Si vous êtes schizo, maniaco, etc… , c’est à vie. Mais bon, une maladie mentale, c’est comme un diabète, ça se traite mais ne se guérit pas. (Citation d’une infirmière : « la psychiatrie n’a pas pour vocation de guérir »)

3: Tout médicament a des effets secondaires, c’est normal, donc.

4: Vous voulez dire que c’est le vécu de la personne qui l’a rendu malade ? « Oh, vous savez, c’est comme l’histoire de la poule et de l’oeuf, on ne peut pas savoir qui était là avant » (cit.!)

5: Si vos parents toxiques persistent à s’inviter dans la loge du psychiatre, sachez que : les parents ont toujours raison et sont évidemment toujours bienveillants à l’égard de leur enfant. Ils déforment tous vos propos, faits et gestes ? C’est vous qui n’êtes pas dans la réalité et c’est vous qui les faites beaucoup souffrir avec votre maladie, soyez-en conscients

6: Plus la dose prescrite est forte, plus vous allez vous remettre rapidement, on pourra toujours baisser après, pour un « traitement au long cours »…

7: Vous parlez de votre âme comme si elle existait et avait la plus grande importance, c’est forcément un délire mystique de votre cerveau malade

8: Vous demandez des preuves scientifiques, le Vidal, des explications, bref vous êtes en opposition et il faut vous remettre à votre place de malade qui est censé écouter et obéir au médecin.

9: Règle absolue : Il ne faut jamais dire à un psychiatre « vous n’avez pas le droit » (bien sûr, les psychiatres ont tous les droits même s’ils n’ont pas d’arguments).

10 : Vous trouvez que l’ambiance dans le service est totalitaire et osez émettre des critiques : c’est donc que vous avez un grave trouble du comportement.

11 : « Ah non, les neuroleptiques n’affectent pas les capacité intellectuelles »…

Mais non, ils ne rendent pas malheureux, dépressif, angoissé, c’est votre maladie et il faut donc revoir votre traitement à la hausse ou changer pour une molécule plus lourde qui va vous anesthésier la conscience, vous verrez, vous n’aurez même plus conscience d’être dans la merde…

12 : « Vous êtes en soins sous contrainte, donc c’est nous qui sommes responsables de vous, vous perdez vos droits, etc »…

Le patient : « et vous, vis-à-vis de moi, vous êtes redevable de quoi ? »

« Je vous triple la dose, vous avez de graves troubles du comportement » (cit. d’une psychiatre lors d’un premier entretien)

****

12 Things Psychiatrists believe which will piss you off

By Pink Belette (France)

1: On suffering : if you suffer so much, it is not proportionate, as a matter of fact it is pathological. As a matter of fact, it’s your brain that is on the blink. No need to search from where the suffering comes, it’s congenital, you just cannot help.

2: If you are schizophrenic, bipolar, etc…, it’s for your whole fucking life. But, a mental disease, you know, it’s like diabetes, it can be treated but not healed (quote from a nurse : « psychiatry’s vocation is not to heal »)

3: Every medication has side effects. It is normal, as a matter of fact.

4: What say you ? That it is one’s bad life experiences that make one sick ? « Oh, you know, it’s like the story of the chicken and the egg, you’ll never know which one was first » (quote…)

5: If your toxic parents persist inviting themselves into the office of the psychiatrist, please be aware that : parents are always right and are of course always benevolent towards their son, daughter… They distort all your sayings, facts and actions ? It’s you who are not into reality and it’s you who make them suffer so much with your disease, be strongly aware of that fact.

6: The more the prescribed dose is strong, the more you will recover rapidly, it will be still time later to decrease afterwards, for a « long-term treatment »…

7: You do talk about your soul as if it actually exists and has the greatest importance, it’s inevitably a mystical delirium of your sick brain.

8: You ask for scientific proofs, the drug reference manual, explanations, short said : you are « in opposition » and you need to be reput on your true category which is the insane, expected to listen and obey the doctor.

9: Compulsory rule number X : thou shall never, ever say to a psychiatrist « you have no right to do this » (of course, psychiatrists have the whole rights on you, even if they don’t have arguments)

10 : You feel the ambiance in the ward is totalitarian and dare criticize : hence it is you have a grave behavioral disorder.

11 : « Ohhhh, no, no, no, neuroleptics do not impair cognition »…

Oh, noooo, they don’t make you unhappy, depressed, anxious ; it’s – your – disease – and – your – treatment – must – be – increased ; or : it must be changed for a stronger molecule which will anesthetize your consciousness, you’ll see, you won’t even be aware being in a shitty situation…

12 : « You – are – under – forced – commitment, hence we are responsible of you, hence you loose your rights, etc »…

Patient : « and, regarding me, what are you beholden to ? »

« I triple your dose, you have a grave behavioral disorder » (quote from a psychiatrist in first interview)

Madness/Follia, by Roberta Gelsomino

Contributo alla Campagna per la proibizione assoluta del TSO

Madness (translated by Cristina Paideri)

Enraged, my father skims through
the same lost papers,
I fancy  him still cursing
a letter that more powerfully shouts.
Dear Commission
this time it’s my turn to talk.
Prestigious people behind a desk,
You are going to judge me and my life in a few minutes;
No one knows about it and you strangers pretend to know.
Like a head of cattle hastily marked and branded in the ass,
it isn’t my own good that you certainly care.
You  refer  to papers and signatures in abundance
as if I wasn’t here talking to you in this room.
You pretend that for those who help me
I must be stupid, crazy and silent
“We pay and that’s her gratitude !”
So I think the moment has come to talk.
If  only  you had the tact,  according to the Hippocratic oath,
you would propose other solutions to my needs,
even stronger, and not blackmail.
I was just hoping to be believed, what an idiot!
Into the paternal exhausting humiliation
I fear to burn myself, to fall, to hurt
what could you know of my condition!
You don’t want to help me, to waste your time ,
“Is she the only one in this condition? Poor parents!”
I believe in  things such as madness and horror.

Follia

Sfuriato mio padre scartabella
i soliti smarriti documenti
immagino mentre ancor bestemmia
una lettera che più potente grida.
Gentile Commissione
questa volta parlerò io a mio nome
Voi Illustri dietro una scrivania
in pochi minuti a valutar me e la vita mia;
Nessun ne sa e voi mai visti vi eleggete a sapere
come capo di bestiame confermata e marchiata nel sedere
in tutta fretta
non è certo il mio bene a cui voi tutti date retta.
Vi rifate a carte e firme in abbondanza
come se io non esistessi a parlarvi qui
in questa stanza.
Fate intendere che per qualcuno che mi aiuta
io debba stare scema, pazza e muta
“Noi paghiamo e questo il suo ringraziamento”
dunque per dirvi mi sembra un buon momento.
Se a valutar, se voi davvero aveste tatto
cioè coerenza con l’Ippocrate patto
proporreste altre soluzioni al mio bisogno
persino più forte, e non un ricatto.
Speravo solo di essere creduta, che idiota!
alla paterna sfiancante umiliazione
ho timore di scottarmi di cadere di ferire
che ne puoi sapere di questa condizione!
Aiuto voi non ne volete dare, perdere tempo a fare,
“V’è la sola messa così? Poveri genitori!”
Credo in cose così follia ed orrori.

poesia e disegno di Roberta Gelsomino

edizionieventualmente.it

 

Contribution Jules Malleus à la Campagne pour soutenir l’Abolition totale des soins et de l’hospitalisation sans consentement en application de la CDPH de l’ONU

http://depsychiatriser.blogspot.no/2016/03/contribution-jules-malleus-la-campagne.html

Merci au Comité de la Convention Droits des Personnes Handicapées.
Merci aux Usagers et Survivants de la Psychiatrie.
Vous avez su vous exprimer, vous avez su les écouter.
Grâce à vous, les bases sont en place pour faire respecter les droits de l’homme là où ils sont bafoués.
Merci du fond du cœur à chacun d’entre vous.
Je m’appelle Jules Malleus.

Sous ce nom, j’écris des articles et des contes qui sont souvent en rapport avec la psychiatrie.

Je ne prétends pas être un expert en quoi que ce soit, mais je voudrais vous expliquer ici pourquoi je participe à la Campagne pour soutenir l’Abolition totale des soins et de l’hospitalisation sans consentement en application de la CDPH de l’ONU.

https://absoluteprohibition.wordpress.com/
https://absoluteprohibition.wordpress.com/

Je souhaiterais vous parler d’une machine.
Une machine avec des engrenages et avec des pistons.
Une machine inventée par les hommes.
Cette machine, je lui en veux. Je peux même dire que je la hais.
J’accuse cette machine d’avoir détruit peu à peu ma mère, mon père, et certains de mes amis.
C’est la machine des traitements psychopharmacologiques imposés aux personnes.

Vous connaissez cette machine: C’est la machine du film Metropolis de Fritz Lang, sorti en 1927. Le héros du film recule frappé d’effroi, car il a compris que la machine est un Moloch, c’est à dire une sorte de culte maléfique auquel on sacrifie les êtres humains.En haut de l’escalier de la machine, il y a des êtres humains. Les mains liées dans le dos. Maltraités par les gardes, qui sont aux ordres des deux personnages porteurs d’une haute coiffe. Analogiquement, ce sont les patients psychiatriques traités sans leur consentement.

Ils sont poussés dans l’antre de la machine. En tous points, ils ressemblent à des esclaves. Ils ont perdus tous leurs droits  : leur corps et leur psychisme sont à la merci de la machine.

Les deux personnages à l’entrée du four portent un masque d’impassibilité  : ils ne manifestent pas d’émotion. Leur coiffe est une mitre de prétention à une connaissance supérieure  : dans l’analogie, ce sont les médecins qui désignent les prisonniers et décident de leur sort.

Quand je pense aux traitements forcés, et bien je pense à ceci  :

 
«  Toute résistance est inutile. Vous allez être assimilée.  »

La capitaine Janeway subit un traitement forcé dans l’épisode 146 de la série Star Trek Voyager. Le traitement servira à assimiler la victime dans le collectif auquel appartient le vilain monsieur.

J’ai placé cette photo parce que l’objectif d’un traitement psychiatrique est de rendre la personne moins «  anormale  », c’est à dire de la normaliser en quelque sorte. L’injection prive la victime de sa volonté  : celle-ci devient esclave du collectif.

C’est à dire que la différence, la diversité, vouloir être «  hors norme  », par exemple, est considéré comme une maladie, qu’on se propose d’éliminer, par la force.

Le traitement forcé n’est que le début  :

Dans le film «  Le Seigneur des Anneaux III  », de Peter Jackson, 2003, le héros Frodo reçoit une injection forcée de l’araignée géante Shelob, ce qui a pour effet de le faire baver et de lui faire perdre ses moyens. L’araignée entortille alors sa victime de sécrétions gluantes afin de laisser sa viande faisander quelque temps dans sa caverne.

C’est à dire que le venin sert à paralyser la victime. Les traitements dits anti-psychotiques font de même et diminuent les capacités de défense du patient. Il devient alors plus facile de briser la personnalité afin de faire consentir à ce que l’on veut.

J’ai appris la programmation informatique, afin d’essayer de gagner ma vie. Et ce que je vous propose c’est un algorithme. L’algorithme qui suit n’existe pas dans les textes, il n’est pas enseigné non plus.
Il représente davantage une sorte de boutade destinée à faire comprendre l’absurdité d’un système.

C’est mon analyse de ce qui se passe quand une institution et ses rouages se mettent à tourner sans rien prouver de concret. Le mot-clé est non-compliance. Non-compliance au traitement signifie que vous êtes aussi dans le déni du trouble, donc on vous classe dans la case psychotique.

J’ai montré cet algorithme à des survivants: certains m’ont confirmé ceci. Ils m’ont expliqué qu’ils étaient obligés de jouer la comédie du malade et de la guérison pour parvenir à sortir de l’enfer des droguages abrutissants qui leur étaient imposés.

Quand une indication n’est pas étayée par des preuves biologiques, quand la maladie supposée n’a pas été caractérisée par des pathologistes, alors il me semble légitime de qualifier le traitement d’expérimental.

J’estime aussi que la mécanique d’augmentation des doses que j’ai décrite dans cet algorithme n’est pas autre chose qu’une machine de torture.

Les victimes du traitement forcé ont été diffamées. On n’a plus confiance en elles. Elles font peur. Les personnes n’ont plus confiance en elles-mêmes. Certaines présentent des maladies iatrogènes. Beaucoup sont traumatisées par l’expérience. Elles vivent dans la peur d’un nouveau traitement forcé, elles sont menacées de «  rechuter  ». Beaucoup restent engluées dans des addictions psychopharmacologiques auto-destructrices. Il en résulte la perte de son potentiel, l’empêchement de se réaliser, l’échec, le désespoir, la culpabilité, le chômage, la précarité, et cela conduit souvent à la fuite dans l’addiction, et au suicide.

Témoignage d’Agnès:

“Ayant été hospitalisée à 10 reprises, j’ai subi des traitements
dégradants, des humiliations. Nous sommes traités là-bas comme des animaux. On nous attache, on nous met à l’isolation etc…
Ce n’est pas parce que nous sommes en crise et donc soit-disant dangereux que l’on nous traite ainsi. Non, le but est de nous casser pour nous faire avaler des médicaments et nous donner une leçon pour que nous n’arrêtions plus de les prendre. Et toute la société accepte cela comme une chose normale.”

Et voilà …

Moloch est repus. Moloch vous remercie.

Et cela va continuer à moins que …

Ensemble exigeons que les lois de santé mentale de notre pays ne permettent plus, mais au contraire abolissent, le traitement forcé.

Références:

La convention ONU relative aux droits des personnes handicapées (CDPH)
http://www.un.org/french/disabilities/default.asp?id=1413

L’Observation générale n° 1 sur l’article 12
http://www.ohchr.org/EN/HRBodies/CRPD/Pages/GC.aspx

Statistiques 2014 Psychiatrie France
http://www.atih.sante.fr/sites/default/files/public/content/2790/rapport_2014_psychiatrie.xlsx

Statistiques judiciaires sur les hospitalisations psychiatriques sans consentement en 2014 en France
http://psychiatrie.crpa.asso.fr/2015-07-28-cm-Statistiques-judiciaires-sur-les-hospitalisations-psychiatriques-sans-consentement-en-2014?lang=fr

Le dossier de presse et les photos du rapport 2015 de la Contrôleure générale des lieux de privation de liberté en France
http://www.cglpl.fr/2016/publication-du-rapport-dactivite-2015/

Les UMD, “Unités pour Malades Difficiles”, un témoignage.
http://psychiatrie.crpa.asso.fr/IMG/pdf/2016-02-16-temoignage-sdre-epsm-rhone-alpes_2.pdf

Dimitri, 19 ans de maltraitance d’une personne adulte handicapée en institution: attaché, drogué, envoyé en UMD.
https://www.facebook.com/Soutien-%C3%A0-Dimitri-Fargette-1665872200308023/

Thomas Szasz, 1997: “Insanity: the idea and its consequences.”

Post on psychiatric torture by Initially NO

Initially NO has brought together art, graphics, narrative, essay, and articles of the CRPD containing rights that were denied to her, in a beautiful and moving composition asserting a claim for justice.  Since the art and graphics are integral to her work and I cannot reproduce the layout here, I am sharing her introduction and a few samples of the art work and urge you to visit the original for the full effect.

of our human rights

Rights denied me, again and again over a 14 year period (1998-2012) brings back such feelings that make me not wish to attempt to talk about this again. It hurts so much, it was so painful, it upsets me to remember, but it upsets me even more knowing that over 5700 people are subjected to such horror, every year in the state of Victoria, Australia, people who actively say no I don’t want this, very clearly and are then put on Community Treatment Orders, and tortured with forced injections, electricity, and verbally abusive appointments, that must be met, or they’ll be put into arbitrary detention again. It hurts me that the people who say no they do not wish to take psychiatric prescriptions are then subjected to the system longer.

When you refuse to be injected they do this. One ambulance man said to me he was just a small cog in a big wheel. That’s the symbolism here and the bombs in the body profiteering, Otherwise, that many hands on a small young lady, as I was, as strip her and stick her.

This is what happens when you’re given threats of worse treatments such as electro-shock and detention if you do not turn up to a fornightly ‘depo’ injection. I had to pretend to be happy with this senario to a point. (I’ve cut out the true-feeling related swear words here to fit with #UN CRPD Absolute prohibition.)

Article 15 – Freedom from torture or cruel, inhuman or degrading treatment or punishment

1. No one shall be subjected to torture or to cruel, inhuman or degrading treatment or punishment. In particular, no one shall be subjected without his or her free consent to medical or scientific experimentation.

 

Poetry and Art by Jhilmil Breckenridge

Jhilmil IMG_0503
Solitude, by Jhilmil Breckenridge

 

Staring by Jhilmil Breckenridge